Saint-Léon – église de Montpeyroux

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite :
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Saint-Léon - Montpeyroux (G. Grabowski)
Saint-Léon - Montpeyroux (G. Grabowski)
Saint-Léon - Montpeyroux (G. Grabowski)
Saint-Léon - Montpeyroux (G. Grabowski)
Saint-Léon - église de Montpeyroux - juillet 2020 (PMSL)
Saint-Léon - église de Montpeyroux - juillet 2020 (PMSL)
Saint-Léon - église de Montpeyroux - juillet 2020 (PMSL)
Saint-Léon - église de Montpeyroux - juillet 2020 (PMSL)
Saint-Léon - église de Montpeyroux - juillet 2020 (PMSL)

Situation

Saint-Léon est à 35.3 km au sud-est de Moulins et à 49 km au nord-est de Vichy.

L’église de Montpeyroux est à 2.8 km au sud-est de Saint-Léon

Histoire

L’église est mentionnée pour la première fois dans une bulle du Pape Alexandre III en 1165. Dans cette bulle, elle est nommée Ecclesia Montis Petrosi (Eglise du Mont Pierreux).
Dans sa nef se trouve deux autels, l’un à gauche était dédié à la Sainte Vierge, l’autre à droite (aussi l’autel reliquaire) à Saint Bonnet, évêque à Clermont au VIIe siècle.
Au XVe siècle l’abside avec le maître autel étaient ajoutés et la porte en accolade était placée dans le mur nord de la nef. Elle donnait sur le cimetière.
Durant la deuxième moitié du XVIIe siècle l’église fut fortement remaniée, par exemple la reconstruction de la façade en ajoutant un clocher mur à deux baies, également aussi la construction du caquetoire qui n’existe plus et la pose du retable en bois du style baroque sur le maître autel. Tous les changements affectant l’église sont attribués à Gabriel Girin de Cublize.
Le 16 janvier 1792, presbytère, jardin, église, cimetière et dépendances furent vendus pour 3475 livres à Jean Fagot (1742-1808).
En 1806, la paroisse est supprimée et partagée entre Saint-Léon, Liernolles et Montcombroux-les-Mines.
(source Gerhard Grabowski)

Les environs

Agonges – Le Breuil – église Saint-Raphaël

Epoque :  XV° – Protection :
Propriétaire : privé
Visite : non, mais visible
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (randos-allier.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (randos-allier.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (allier-hotels-restaurants.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (randos-allier.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (randos-allier.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (randos-allier.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (allier-hotels-restaurants.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (allier-hotels-restaurants.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (allier-hotels-restaurants.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (allier-hotels-restaurants.com)
Agonges - Le Breuil - église Saint-Raphaël (nievretourisme.blogspot.com)

Situation

Agonges est à 18 km au nord-ouest de Moulins

La Chapelle Saint-Raphaël du Breuil est à 2.2 km au nord-ouest du bourg

Histoire

Le Breuil serait, selon certains auteurs, une ville franche fondé vers le XIIème siècle et relevant pour partie de Saint-Menoux. Nicolay signale, en 1569, l’existence d’un château, d’une paroisse et d’une cure. En 1792, cette paroisse est rattachée à Agonges et son territoire est partagé entre Agonges, Saint-Menoux et Bourbon. L’église Saint-Raphaël est un édifice en pierre de taille, orné de moulurations. La nef de deux travées est voûtée d’ogives dont les nervures retombent sur des groupes de trois colonnettes. Ce type d’église d’architecture simplifiée serait d’influence gothique méridionale.

(source : randos-allier.com)

Les environs

Agonges – Château de L’Augère à 4.4 km au nord-est

Saint-Menoux – Eglise de Saint Menoux à 4.1 km au sud-est

Forêt des Prieurés de Bagnolet à 5,4 km au nord-est

Saint-Gérand de Vaux – église Saint-Gérand et Saint-Julien

Epoque :  XIV °au XVIII°- Protection :
Propriétaire : Commune

Affectataire : Diocèse de Moulins
Visite :
Dates et horaires : Toute l’année et tous les jours. Téléphone : 04 70 45 08 83 (Mairie)
Adresse : 24 rue de l’Eglise 03340 Saint-Gérand-de-Vaux

Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Visite virtuelle : Université de Columbia – Media Center for Art History

Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (preciosa.eklablog.com)
Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (www.fondation-patrimoine.org)
Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (allier-hotels-restaurants.com)
Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (allier-hotels-restaurants.com)
Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (allier-hotels-restaurants.com)

Actualités : L'église de Saint-Gérand de Vaux se refait une beauté (La Semaine de l'Allier 19 mars 2020)

Saint-Gérand de Vaux - église Saint-Gérand et Saint-Julien (La Semaine de l'Aller 19 mars 2020)

Situation

Saint-Gérand de Vaux est à 23.6 km au sud de Moulins et à 31.2 km au nord de Vichy

Description architecturale :

L’église est de plan longitudinal à transept non saillant, terminé par une abside à pans coupés.
Le clocher est une tour-clocher sommée d’une flèche d’ardoise, accolée au flanc sud de l’édifice, au niveau du chœur.
Le portail est lui en arc-brisé surmonté d’une rosace.
L’église comprend une nef de deux travées, la travée orientale étant d’époque romane, mais très remaniée. L’autre datant du XIVe siècle. A l’Est, il se termine par un chœur et un abside à pans du XVe siècle.
Deux chapelles latérales sont construites au XVIe siècle, à l’initiative du maréchal de La Guiche. Des voûtes d’ogives aux nervures moulurées d’un tore couvrent la nef et reposent sur de lourdes colonnes.
Un épais doubleau brisé, à deux rangées de claveaux, porté par des impostes chanfreinées, sépare les deux travées ; l’arc triomphal, de même tracé, retombe sur des chapiteaux à crochets.

La voûte d’ogives du chœur, pourvue d’une lierne, présente de nervures prismatiques. De même profil sont les nervures de la voûte à cinq compartiments lancée sur l’abside et pourvue d’une clef à écusson entourée de motifs flamboyants découpés. Les retombées se font sur des gracieux culots ornés, dans le chœur, des emblèmes des évangélistes et, dans l’abside, deux angelots et deux blasons aux armes des La Guiche et Soreau.

Toutes les fenêtres du chevet sont brisées, munies d’un meneau central qui les divise en deux baies trilobées.

La façade a été reprise à l’époque moderne.  Quant au clocher carré, élevé contre le mur latéral nord, en avant de l’abside, et que domine une flèche de pierre construite en 1875 par l’architecte Moreau, de Moulins.

Un mobilier intéressant, une statue de Saint-Georges à cheval terrassant le dragon, goupe en pierre de la fin du XVe siècle. Le saint est représenté avec l’armure de plates du règne de Louis XI.

Le groupe est très vivant et bien sorti de la masse ; la figure du saint, d’un assez bon travail, a des traits enfantins. Cette sculpture provient de l’ancienne église collégiale Saint-Georges de Luzeray, aujourd’hui disparue.

Principales étapes de construction :

L’église fut construite au XIIème siècle.

A l’époque romane, la première travée, celle orientale date de l’époque romane, tandis que la seconde datera du XIVème siècle.

A l’Est, un choeur et une abside datant du XVème siècle.

Deux chapelles latérales furent construites au XVIème siècle par le biais du maréchal de La Guiche.

Le clocher carré, où domine une flèche de pierre, fut construite en 1875 par l’architecte Moreau, de Moulins.

(source : https://www.patrimoine-religieux.fr)

Les environs

Saint-Gérand de Vaux – Le château de Saint Géran à 1 km au sud

Saint Gérand de Vaux – Le château des Guichardeaux à 3.4 km au nord-ouest

Châtel de Neuvre – église Saint-Laurent à 8.1 km au nord-ouest

Etroussat – église Saint-Georges

Epoque :  X° et XI°- Protection :
Propriétaire :
Visite :
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Etroussat - église Saint-Georges (www.etroussat.fr)
Etroussat - église Saint-Georges (Pierre Bastien)
Etroussat - église Saint-Georges (Pierre Bastien)
Etroussat - église Saint-Georges (www.etroussat.fr)
Etroussat - église Saint-Georges (www.etroussat.fr)
Etroussat - église Saint-Georges (www.etroussat.fr)

Situation

Etroussat est à 22 km au nord-ouest de Vichy et à 42.6 km au sud de Moulins

Histoire

Une première église existait déjà au XIème siècle, reconnue parmi les possessions de l’Abbaye de Tournus en 1105. Seul le carré du transept (1) qui supporte le clocher, en est le témoin.
Quant à l’église actuelle, elle est le résultat de plusieurs campagnes de travaux, dont la plus importante menée entre 1856 et 1863, par l’Abbé Bobier, lui conserva un style neo-roman.
De la construction du XIIème  siècle il ne subsiste que l’absidiole sud (2), en hémicycle. Le clocher fut reconstruit au XIVème siècle et coiffé d’une flèche de pierre octogonale. Plusieurs agrandissements successifs ont ouvert des chapelles latérales, pour certaines disparues aujourd’hui : au nord, cinq chapelles gothiques furent édifiées, à la fin du XVème siècle; au sud, deux chapelles au milieu du XVIème siècle. La flèche du clocher, abattue en 1793, fut remplacée à la fin du XIXème siècle par une toiture de charpente à jet d’eau. Aujourd’hui, le vaisseau comporte cinq travées, flanquées de collatéreaux.

(source : www.etroussat.fr)

Cérilly – église Saint-Martin

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite :
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Cérilly - église Saint-Martin (wikipédia.org)
Cérilly - église Saint-Martin (wikipédia.org)
Cérilly - église Saint-Martin (www.henri-guerin.com)
Cérilly - église Saint-Martin (wikipédia.org)

Actualités : Des vitraux et un clocher uniques (la Semaine de l'Allier 15 septembre 2016)

Cérilly - église Saint-Martin (La Semaine de l'Allier 15 septembre 2016)

Situation

Histoire

Les environs

Le Veurdre – église Saint-Hippolyte

Epoque : XI° – Protection : non
Propriétaire : commune du Veurdre
Visite : oui avec dépliant
Dates et horaires : Toute l’année, tous les jours de 10h à 19h.
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Le Veurdre - Saint-Hippolyte (www.mesvoyagesenfrance.com)
Le Veurdre - Saint-Hippolyte (medias.sit.auvergne-tourisme.info)
Le Veurdre - Saint-Hippolyte (www.mesvoyagesenfrance.com)

Situation

Le Veurdre se situe à 36 km au nord-ouest de Moulins

Histoire

Cette église construite à la fin du XI ème siècle dans un style roman clunisien a été fortement remaniée au cours des siècles. La nef est précédée d’un narthex sur la gauche duquel s’ouvre un baptistère, très rare en pays de Lévis. Une chapelle gothique y est accolée. L’édifice est surmonté d’un clocher carré du XV ème orné d’une corniche à modillons. Une chaire curiale en bois sculpté de la fin du XVI ème et un maître-autel baroque en bois sculpté et doré du début du XVII ème, constituent un mobilier de qualité. Une belle statuette du XV ème ou du XVI ème représente la Vierge recevant l’enseignement de sainte Anne.

(Source : www.allier-hotels-restaurants.com)

Les environs

Le Veurdre – Le musée de la batellerie à 2.4 km au nord-ouest

Lurcy-Levis – Street Art City à 12.2 km au sud ouest

Château sur Allier – Le château de Saint-Augustin à 8.2 km au nord-ouest

Chevagnes – église Saint-Sixte et Saint-Nizier

Epoque :  XII°- Protection :
Propriétaire : commune de Chevagnes
Visite :
Dates et horaires : Visites libres des extérieurs. Clés sur demande à la mairie.
Adresse :
Téléphone : 04 70 43 40 25
Courriel :
Site internet :

Chevagnes - église Saint-Sixte et Saint-Nizier (www.allier-hotels-restaurants.com)
Chevagnes - église Saint-Sixte et Saint-Nizier (4.bp.blogspot.com)
Chevagnes - église Saint-Sixte et Saint-Nizier (photos-eglises.fr)
Chevagnes - église Saint-Sixte et Saint-Nizier (photos-eglises.fr)

Situation

Chevagnes ses itue à 18 km à l’ouest de Moulins

Histoire

L’édifice datant du XII ème siècle était dédié à Saint Nizier et Saint Sixte mais il ne reste aujourd’hui qu’une partie des murs et les piles de l’arc. L’abside date du XV ème ainsi que la chapelle carrée.Inscription murale extérieure (mur sud) partiellement effacée mais encore visible datant de 1793 “Liberté Egalité Fraternité” à l’époque où le sanctuaire était devenu “Temple de l’Etre Suprême” et lieu de réunion des citoyens.

(source : www.allier-hotels-restaurants.com)

Les environs

Chevagnes – Château de La Boube à 1,9 km au nord

Paray le Frésil – château de Paray à 6,7 km au nord-est

Thiel sur Acolin – Château de La Fin à 8,5 km au sud

Yzeure – église Saint-Pierre

Epoque : XII° – Protection : MH(1914)
Propriétaire : Commune d’Yzeure
Visite : Les visites sont libres tous les jours de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h 45.
Dates et horaires : Des visites guidées sont proposées sur réservation au 04 70 48 53 80 ou culture@ville-yzeure.com
Adresse :
Téléphone : 04 70 48 53 80
Courriel : culture@ville-yzeure.com
Site internet :

Yzeure (lieuxsacres.canalblog.com)
Yzeure (lieuxsacres.canalblog.com)
Yzeure (lieuxsacres.canalblog.com)
Yzeure (lieuxsacres.canalblog.com)
Yzeure (lieuxsacres.canalblog.com)
Yzeure (www.allier-auvergne-tourisme.com)

Situation

Yzeure se situe à 1,9 km à l’est de Moulins

Histoire

Un monastère fut construit au IX ème siecle. L’église Saint-Pierre fut rattachée à l’abbaye de bénédictines de Saint-Menoux au XII ème siècle et garde la trace de plusieurs campagnes de construction.Construite en partie à l’époque romane, elle est remarquable par l’ornementation de sa façade du XII ème siècle et par sa crypte du IX ème et X ème siècle.Le mobilier est également exceptionnel comme les bancs d’œuvre des corporations, la statue polychrome de la Vierge à l’enfant dont le drapé permet une datation du XIV ème siècle et la chaire en bois sculpté de 1623.
L’édifice a conservé, dans la majeure partie de son ensemble, ses dispositions primitives remontant à la première moitié du XII ème siècle. La nef comprend quatre travées voûtées en berceau d’ogive sur doubleau. Les bas-côtés sont couverts de voûtes d’arêtes. Les deux transepts, la travée de croisée et la travée formant chœur sont fermés par des berceaux plein cintre. Le sanctuaire est voûté sur nervures. Du côté gauche du chœur, une grande chapelle divisée en deux travées a remplacé au XV ème siècle le bas-côté roman et son absidiole. Les chapelles latérales au bas-côté gauche de la nef, ont été établies aux XVII ème et XVI ème siècles. Au début du XVII ème siècle, construction du clocher sur la première travée de la nef. Ce dernier se trouvait primitivement sur la croisée. Une crypte, paraissant dater du XI ème siècle, s’étend sous le sanctuaire et une partie du chœur. Elle a été déblayée en 1872. Les voûtes d’arêtes qui la forment, portent des traces de peinture du XV ème siècle et des inscriptions sur phylactères.

(source : www.allier-hotels-restaurants.com)

Les environs

Moulins – Palais Ducal à 2 km à l’ouest

Moulins – Musée du costume CNCS à 4 km à l’ouest

Moulins – Cathédrale à 2 km à l’ouest

Montluçon – église Notre Dame

Epoque : XV° – Protection : MH (1987)
Propriétaire : commune de Montluçon
Visite : Chaque été, en juillet et août, la paroisse Sainte-Marie propose une visite gratuite des églises Notre-Dame et Saint-Pierre
Dates et horaires :L’église est ouverte de 8h30 à 19h00 (ouverture prolongée l’été)
Adresse : Place Notre Dame – Montluçon
Téléphone :
Courriel : paroisse.sainte-marie@orange.fr 
Site internet :

Notre Dame - Montluçon (allier.foxoo.com)
Notre Dame -Montluçon (Wikipédia)
Notre Dame -Montluçon (Wikipédia)
Notre Dame -Montluçon (Wikipédia)
Vierge - Notre Dame -Montluçon (lieuxsacres.canalblog.com)

Situation

L’Église Notre-Dame se trouve au cœur du vieux Montluçon, à proximité immédiate du château.
Des parkings se trouvent place de la Mairie et place Pierre Petit.

Histoire

L’église

Notre-Dame de Montluçon est une église à deux nefs dont la construction s’étale sur trois siècle. Les étapes se retrouvent sur la façade donnant sur la place, d’est en ouest, sur les 6 grandes fenêtres : deux premières baies à 4 feuilles dans les remplages, deux baies suivantes flamboyantes, deux autres au tracé épuré du XVIIème siècle. La place était jadis un cimetière, on y a retrouvé des pierres tombales et de nombreux vases à eau bénite.

De cette place part le passage du doyenné, du XIIIème siècle, menant à la chapelle Saint -Louis.
Une première église romane à nef unique se terminait à l’est par trois absides : une seule subsiste.
Au XIVème siècle, la reconstruction débute par le chœur et la première travée de la nef latérale. Les chapiteaux sont garnis de motifs végétaux.

L’abside en hémicycle est située dans une cour. Elle est le témoin de l’époque romane. On y trouve les vestiges de l’ancien cloître du XIIIème siècle dans le prolongement de l’ancien transept. Le sol est en galets de rivière, typique des constructions Montluçonnaises.

Le chevet est dominé par le clocher et marque le début de la rue Notre-Dame bordée d’hôtels particuliers et de maisons des XVème et XIVème siècles. Ce chevet plat correspond à un chœur rectangulaire. Il est éclairé par une grande baie gothique aux remplages quadrilobés, surmontés d’une balustrade de pierre des XIVème et XVème siècles. Le clocher présente sur chacune des faces deux baies trilobées. Avant 1706, une flèche de pierre le surmontait.

Au XVème siècle, on établit les voûtes des deux nefs. Leurs nervures pénètrent dans les piliers ronds, dépourvus de chapiteaux. Au XVIIème, on termine l’édifice à l’ouest. Le grand portail date de 1622.

Les vierges de Notre-Dame de Montluçon

Nous trouvons à l’intérieur de l’église une vierge assise en bois doré, au milieu d’un grand retable du XVIIème siècle.

Sur la porte ouest de la cathédrale, à l’extérieur, dans une niche, se tient une vierge noire. D’où vient-elle ? Je n’ai aucune information quand à sa provenance, ni si c’est une copie récente. Il me semble qu’elle est la copie d’une autre vierge noire connue… Montluçon me ferait perdre la mémoire ?

(source :”lieuxsacres.canalblog.com”)

Les environs

Montluçon – le musée MuPop à 100 m au nord-est

Montluçon –  le château de La Louvière à 1.5 km à l’est

Montluçon – le château des Ducs à 300 m à l’ouest

Moulins – La Cathédrale

Epoque : XV° – XIX° – Protection : MH (1875)
Propriétaire : Commune de Moulins
Visite : oui
Dates et horaires : Visite libre avec panneau d’information ou visite guidée
Ouvert toute l’année du mardi au samedi de 10h à 11h30 et de 14h à 17h30, plus le dimanche de 15h à 17h30 de Pâques à Toussaint (11h30 et 17h30 : heure départ de la dernière visite).
Fermé le 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 25 décembre
Adresse :Place des Vosges 03000 Moulins
Contact :
Maison Saint Gabriel 1 Rue de Paris 03000 Moulins
Téléphone : 04 70 20 89 65
Courriel : paroisse-notredamedubourbonnais@moulins.catholique.fr
Site internet :

La Cathédrale (www.auvergne-tourisme.info)
Le chœur (www.patrimoine-religieux.fr)
la Cathédrale (www.paysdauvergne.fr)
le Tryptique du Maître de Moulins (www.allier-auvergne-tourisme.com)
La Vierge noire (fr.wikipedia.org)
L'orgue (orguesfrance.com)
détail extérieur (medias.sit.auvergne-tourisme.info)

Actualités : Il est revenu le temps de la cathédrale : guide réalisé par Patrick Guibal (La Montagne juin 2017)

Moulins - Cathédrale (La Montagne juin 2017)

Situation

Place des Vosges dans Moulins

Histoire

 

« Visiteurs, touristes, passionnés d’histoire, d’art et de patrimoine, découvrez la cathédrale Notre-Dame de Moulins.
Si les murs pouvaient parler, ils nous raconteraient l’histoire de tous ceux qui, ici, reçoivent le sacrement du baptême, participent à la messe du dimanche, célèbrent leur confirmation, leur mariage, disent adieu à un être aimé. Depuis plus de huit siècles, se perpétue la prière des chrétiens autour de la Vierge Noire, et comment, depuis bientôt cent ans, grandit la grande famille des catholiques du diocèse de Moulins quand elle se rassemble, à l’initiative de son évêque, pour être fortifiée dans la foi et célébrer les moments importants de sa vie ».

Monseigneur Laurent PERCEROU, évêque de Moulins

Historique

Au Xe siècle, une humble chapelle dédiée à saint-Pierre est offerte à l’abbaye de Cluny et dépendra du prieuré clunisien de Souvigny au XIIe siècle.
A partir de 1327, après l’érection du Bourbonnais en duché au profit des sires de Bourbon, les premiers ducs de Bourbon fixent leur résidence à Moulins.
Louis II, par une bulle (document par lequel le pape pose un acte juridique important) datée du 19 octobre 1378 obtient du pape Clément VII l’établissement d’un chapitre collégial dans la chapelle Notre-Dame. Le 7 décembre 1386, l’évêque de Nevers procède à l’érection de la chapelle en collégiale dédiée à Notre-Dame-de-l’Annonciation.
En 1476, à la mort de la duchesse Agnès, son fils, le duc Jean II, reprend la construction qui est poursuivie par son fils, le duc Pierre II et son épouse Anne de France, fille du roi Louis XI. Ils offrent à la collégiale un somptueux triptyque dédié à la Vierge en gloire.
Le 27 avril 1788, le roi Louis VI décide d’établir un évêché à Moulins au bénéfice d’Etienne des GALLOIS de La TOUR (1750-1820), alors doyen de la collégiale. Sa nomination est confirmée par le pape Pie VI mais la révolution empêche sa consécration épiscopale.
En 1822, le diocèse de Moulins est officiellement érigé par bulle papale, avec la nomination du premier évêque de la cité, Antoine de PONS de LAGRANGE (1759-1849), alors grand vicaire et chanoine du diocèse de Clermont.
Avec la nomination de Pierre-Simon de DREUX-BRAIZÉ (1811-1893), l’agrandissement de la collégiale est envisagée et devient cathédrale.
Le 8 décembre 1946, la cathédrale reçoit la visite de Mgr RONCALLI futur pape Jean XXIII à l’occasion de l’année mariale consacrée à l’Immaculée Conception ; Il rend grâce à la Vierge Noire d’avoir protégé l’ancienne cité ducale des désastres des deux conflits mondiaux.
Le 28 octobre 1949, la cathédrale Notre-Dame-de-l’Annonciation de Moulins est érigée en basilique mineure par un bref (décision administrative émanant du Saint-Siège caractérisée par la brièveté de son écriture) du pape Pie XII en témoignage de la dévotion insigne entourant la Vierge Noire depuis des siècles.

La Vierge Noire, Sainte patronne de Moulins
Depuis le XIIe siècle, la Vierge Noire fait l’objet de la vénération des Moulinois en remerciement de la protection insigne dont elle entoure la ville de Moulins depuis des siècles.
Le 21 novembre 1655, Moulins fut en proie à un violent incendie qui embrasa le cœur même de la ville. Les flammes étaient si intenses que le Jacquemart lui-même était menacé. Les magistrats de la cité ducale demandèrent alors aux chanoines d’amener la statue de Notre-Dame face au brasier afin d’implorer sa protection. À peine la statue fut-elle descendue, que quelqu’un jeta promptement le manteau qui la couvrait au milieu des flammes. Aussitôt, nous disent les chroniqueurs de l’époque, « le vent cessa, les flammes s’abattirent et l’on vit tomber du haut de la tour en gros pelotons de feu, les matières embrasées qui s’éteignirent sur-le-champ ».
Le 8 décembre 1946, Mgr RONCALLI, alors nonce apostolique en France mais qui allait, douze ans plus tard, devenir pape sous le nom de Jean XXIII, vint apposer une plaque votive auprès de la Vierge Noire pour la remercier d’avoir protégé, grâce aux intenses prières que les moulinois avait élevées à Notre-Dame pour demander son intercession, la ville de Moulins lors des deux derniers conflits mondiaux.

Le grand orgue Merklin, un grand instrument romantique
Commandé en 1878, financé en partie par Mgr de DREUX-BRÉZÉ, l’orgue fut inauguré le 10 août 1880 par le célèbre Alexandre GUILMANT, organiste de la Trinité à Paris, compositeur et concertiste international.
Construit par le facteur MERKLIN dans un buffet dessiné par l’architecte Eugène MILLET. Il est aujourd’hui considéré comme le plus authentique des grands instruments issus des ateliers de Joseph MERKLIN. Il sert régulièrement de référence lors de restaurations d’instruments du même facteur.
Le grand orgue MERKLIN de Moulins eut l’honneur d’être joué par de grands organistes tels que Joseph BONNET ou Marie-Claire ALAIN

Le Triptyque du Maître de Moulins
Cette œuvre majeure fut commandée par le duc Pierre II et son épouse, Anne de France, fille de Louis XI, pour orner vraisemblablement la collégiale. Elle se présente sous la forme d’un tableau fermé par deux volets peints en grisaille montrant, dans un décor d’architecture gothique, l’Annonciation de l’ange Gabriel à la Vierge Marie.
Le triptyque du Maître de Moulins s’affirme comme une œuvre novatrice et originale dans l’histoire de l’art, à l’apogée de l’art flamand et à l’aube de la Renaissance italienne qui perce alors en France. Les volets intérieurs, qui figurent les portraits en pied de donateurs aux visages figés et hiératiques et aux habits de cour traités avec une perfection minutieuse, illustrent tout le génie des maîtres flamands. Tandis que c’est toute la grâce de la Renaissance qui s’épanouit dans une palette de couleurs brillantes sur le panneau central au travers d’un lumineux cortège d’anges adorateurs entourant une Vierge au visage diaphane.
Le triptyque du Maître de Moulins est sans doute le seul chef-d’oeuvre qui subsiste des vastes collections de peintures que les ducs de Bourbon avaient constituées dans leur palais ducal de Moulins ou bien dont ils avaient doté la collégiale qu’ils avaient fondée à proximité. Le triptyque du Maître de Moulins est classé Monument Historique le 14.06.1898.

(source :”www.catholique-moulins.fr”)

Les environs

Palais Ducal, La Malcoiffée (en face de la Cathédrale)

Musée du costume, CNCS. Quartier de la Madeleine (2 km à l’ouest)

La chapelle de la Visitation (rue de Paris)