Commentry – Espace culturel La Pléiade

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : Libre
Dates et horaires : Toute l’année, tous les mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis.
Les mardis et jeudis de 14h à 18h, les mercredis, vendredis et samedis de 9h30 à 12h et de 14h à 18h.

Adresse : Place de la Butte 03600 Commentry

Téléphone : 04 70 64 40 60
Courriel : lapleiade@ville-commentry.fr

Sites internet : www.lapleiade.commentry.fr

Commentry - Espace culturel La Pléiade (allier-auvergne-tourisme.com)
Commentry - Espace culturel La Pléiade (musees-bourbonnais.fr)

Situation

Commentry est à 13 km au sud-est de Montluçon

L’espace Culturel La Pléiade est place de la Butte 03600 Commentry

Histoire

Espace dédié à la vie et à l’oeuvre d’Émile Mâle, académicien français et historien d’art, ainsi qu’au passé commentryen. Vidéo et diaporama.

Les environs

Colombier – Eglise Saint-Patrocle à 4.8 km au sud-est

Néris les bains – Vestiges et musée Gallo-Romain à 6.6 km à l’ouest

Doyet – Donjon de La Souche à 11.3 km au nord-est

Chatelus – Musée de l’école

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : Oui
Dates et horaires : Ouvert du 1er mai au 31 octobre, de 14h30 à 18h30.
Sur rendez-vous en dehors de ces horaires.
Adresse : MUSÉE DE L’ÉCOLE  Le Bourg  03120 CHATELUS
Téléphone : 06 72 81 72 15
Courriel : mairie-chatelus@pays-allier.com
Site internet : chatelus.planet-allier.commuseeEcole.html

Chatelus - Musée de l'école (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Chatelus - Musée de l'école (www.randos-allier.com)
Chatelus - Musée de l'école (httpmusees-bourbonnais.fr)
Chatelus - Musée de l'école (httplescoms.fr)
Chatelus - Musée de l'école (httplescoms.fr)

Situation

Chatelus est à 32 km au nord-est de Vichy et à 60 km au sud-est de Moulins

Le musée de l’école est dans le bourg

Histoire

Le musée de l’école

Laissez-vous enivrer par un retour en enfance avec ce musée de l’école, unique dans l’allier ! Une bâtisse authentique, la reconstitution d’une classe de l’époque, des objets gracieusement donnés par les habitants de la commune ou retrouvés dans les greniers de cette ancienne école sont les clefs de ce retour en arrière qui sent l’encre et la craie …

Il était une fois … L’école

Suite à la décision du conseil municipal, en 1879, de bâtir une école neuve (ce qui est aujourd’hui un musée), fût construite et mise fonction dès 1885. L’école communale est, de plus, située sur un terrain qui pour l’époque présentait toutes les garanties nécessaires du point de vue de la santé ainsi que de la moralité puisqu’éloigné des cabarets. Il est à remarquer qu’auparavant, la commune avait acheté en 1865 un bâtiment, situé dans une partie de la Maison des Dîmes pour en faire « la maison d’école »

Dans cette école, payante à l’époque, plusieurs instituteurs laïques se succédèrent. Il est à noter que certains élèves dits « indigents » étaient pris en charge par la commune. Pour ceux qui en avaient les moyens, des prêtres éduquaient les enfants aux principes de la religion catholique ainsi que la lecture, l’écriture et le calcul.

Au départ, l’école ne se résumait qu’à une seule classe et il faudra attendre 1935 pour en ouvrir une seconde ! Malgré le peu d’espace disponible les deux classes seront séparées par une cloison en bois.

Jusqu’en 1992, date de la suppression du dernier poste d’instituteur, des dizaines de générations se succéderont ! 107 … Et oui 107 années d’existence et seulement 6 enfants fréquentaient encore l’école lors de sa fermeture.

Après l’histoire … Place à la mémoire !

Des bureaux en bois, un parquet qui craque, l’odeur de la craie, les tâches d’encre, … ne sont que le début de l’histoire ! Voici quelques objets typiques ainsi que leur utilisation. Souvenez-vous, vous avez eu les mêmes …

L’estrade et le bureau compose « Le coin du maître »

C’est sur celle-ci qu’il donnera ses cours et c’est sur celui-là qu’il corrigera ses cahiers …

Bureau en bois où trônent différents pots d’encre  et derrière un porte-manteau privatif où il  posera chaque matin son béret avant d’enfiler sa blouse grise d’instituteur.

Double- face …

Ces portes manteaux étaient mis à disposition des élèves pour faire leur changement d’habits civils et vêtir, selon l’époque, la blouse grise ou la blouse bleue utilisées en classe.

Chauffe Marcel !

Accompagné de son seau à charbon, de sa balayette et de sa barrière circulaire en fer forgé pour protéger les étourdis d’une brûlure, ce poêle servait, les jours de grands froid, de point d’appui pour le maître pendant les dictées !

Miam Miam !

Les enfants habitant trop loin apportaient chaque matin leur repas dans une gamelle qui à l’heure du repas était posée sur le poêle pour la réchauffer. Il a fallu attendre 1955 pour qu’une cantine scolaire ouvre ses portes à Châtelus permettant ainsi aux enfants de trouver un véritable repas chaud et complet.

 Plus 10 ou fois 10 ?

Les bouliers, inventés par les chinois, étaient utilisés pour le calcul au début du XXème siècle et seront remplacés par les bûchettes entre les deux guerres. Notons que les enfants comme les adultes chinois les utilisent encore aujourd’hui !

Les entonnoirs en bas de la photo servaient, quant à eux, à l’humidification du sol de la salle avant son balayage évitant ainsi le soulèvement de la poussière.

Point de chausson ou point de chevron ?

Au début du XIXème siècle, la couture tient  une place considérable à l’école primaire.
Des maîtresses de couture étaient nommées. Souvent c’était la femme de l’instituteur ou une femme du village.

Nord, Sud, Est, Ouest, …

A bat ! l’informatique ou tout outil numérique, découvrez des cartes de France grand format papier !
Accrochées aux murs elles possèdent un recto imprimé et un verso nu pour l’entraînement ou les devoirs.

Gutenberg arrive modèle réduit !

Petite imprimerie conçue par Célestin FRENET en 1925.
Elle servait à la fabrication de documents lus par des personnes extérieures à l’école. Elle sera très vite remplacée par la machine à écrire et le duplicateur à alcool beaucoup plus pratique !

Venez visitez le musée, écrire à la plume Sergent Major sur d’authentiques bureaux et découvrir les nombreux dessins des élèves d’antant !

(source : http://chatelus.planet-allier.com/museeEcole.html)

Les environs

Droiturier – église Saint-Nicolas et Sainte-Croix à 5.2 km au nord

Lapalisse – Le château de La Palice à 12 km au nord-ouest

Arfeuilles – La casacade de la Pisserotte à 13.4 km au sud

Bourbon l’Archambault – Musée Augustin Bernard

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : oui
Dates et horaires : Ouverture les Jeudi et Vendredi de 15 à 18 heures
Adresse : Centre Culturel – 2 rue du Parc – Bourbon l’Archambault
Téléphone : 06 47 79 68 10
Courriel : musee.bourbon@mairie-bourbon.com
Site internet :

Bourbon l'Archambault - Le musée Augustin Bernard (www.randos-allier.com)
Bourbon l'Archambault - Maquette de la Forteresse - Musée Augustin Bernard (www.bourbonlarchambault.com)
Bourbon l'Archambault - intérieur bourbonnais - Musée Augustin Bernard (musees-bourbonnais.fr)
Bourbon l'Archambault - une salle - Musée Augustin Bernard (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Bourbon l'Archambault - La Vierge de Vernouillet - Musée Augustin Bernard (www.bourbonlarchambault.com)
Bourbon l'Archambault - Chapeaux à deux-bonjours - Musée Augustin Bernard (www.randos-allier.com)

Situation

Bourbon l’Archambault est à 23 km à l’ouest de Moulins et à 48 km au nord-est de Montluçon

Le musée Augustin Bernard est situé 2, rue du Parc (ancien casino) en centre ville.

Histoire

Le Musée Augustin Bernard est situé non plus dans le Logis du Roy où il était auparavant mais au sein du nouvel Espace culturel installé dans les locaux de l’ancien casino, 2 rue du Parc. Avec une surface double de celle dont il disposait jusqu’ici, le Musée reprend ses thèmes d’origine résumant la naissance et l’évolution de la seigneurie puis du duché, lointain berceau de la dynastie des Bourbons ainsi que les aspects bien particuliers de la ville vouée depuis 2000 ans au thermalisme sans oublier les différents aspects de la vie rurale dans le Bocage Bourbonnais au 19ème siècle. Les collections d’origine mises en valeur par une muséographie moderne très esthétique correspondant aux attentes du public ont été complétées par des dons de particuliers, par les dépôts de « musées amis », par des maquettes et par des panneaux explicatifs. Conçu pour accueillir tous publics dans le respect des normes en vigueur, de plain pied, à proximité d’un parking et situé dans le parc thermal à quelques pas du centre ville, le Musée Augustin Bernard peut désormais jouer son rôle à part entière dans la vie culturelle et touristique de Bourbon. Anciennement situé dans le Logis du Roy, bâtisse du XVIIème siècle, dessinée par Mansart, sur l’ordre de Gaston d’Orléans (frère de Louis XIII), le musée recèle une collection, de pots pharmaceutiques en faïence de Nevers de la période moderne (XVIIème, XVIIIème siècles). Autre pièce maîtresse, la Vierge de Vernouillet sculpture en bois polychrome (Vierge à l’ Enfant en majesté, reliquaire, bois polychrome, XIIIème siècle). « La Vierge est représentée assise sur un siège sans dossier et muni d’arcatures trilobées sur les côtés ; elle a la tête couverte d’une cape et porte une robe à larges anches pendantes ; sur ses genoux est assis l’Enfant bénissant ; une niche à reliques est creusée dans le dos de la statue ; les vêtements sont ornés de peintures du XIIIème siècle formant des bandes remplies d’un jeu de losanges à fleurettes roses bordées d’ocre sur un fond bistré semé de croisettes noires.

Réputée pour être la protectrice des amoureux, elle donnait lieu à un pèlerinage en septembre au cours duquel les jeunes filles cherchant un mari lui offraient un ruban de couleur moyennant quoi leur vœu était exaucé dans l’année. Il fallait mettre un ruban autour du cou de la statue et emporter un morceau de ceux qui s’y trouvent déjà. Les jeunes filles alors disaient : « Boun vierge des nouyés, Parente à nout’ Javot Bayez m’dont un houmme Qu’au siesse fait comme veudra Tordu, bossu mais pourvu qu’en siesse un ».

C’est là que vous pouvez retrouver les personnages illustres qui ont vécu à Bourbon-l’Archambault au temps de sa splendeur. Madame de Montespan, Madame de Sévigné, Scarron, Boileau, le maréchal de Noailles, le prince Charles-Maurice de Talleyrand, sont là pour témoigner de leur passage à Bourbon, lorsque le médecin Charles De Lorme soignait la cour du Roi Soleil, et lorsque le « diable boiteux » prenait des vacances pour soigner son infirmité. Mais le musée Augustin Bernard abrite également une rare collection de pots à pharmacie en Nevers des XVIIème et XIIIème siècles, ainsi que des manuscrits d’Achille Allier, ce poète bourbonnais qui entreprit l’écriture de l’Ancien Bourbonnais auquel il ne survécut pas.

On y trouve une multitude de témoignages sur l’histoire de Bourbon, de l’Antiquité à nos jours : Mme de Montespan, Scarron, Boileau, Mme de Sévigné, De Talleyrand, le Maréchal de Noailles…

Aspects historiques de la ville d’eaux, fief d’origine des Bourbons : archéologie de la cité aux époques préhistoriques et gallo-romaine, archives, gravures, lithographies originales, fragments sculptés provenant du château de Bourbon.

A l’étage

• La vie rurale aux environs de Bourbon, représentée par l’intérieur d’une demeure paysanne (fin XIXème) où l’on peut voir une panoplie d’instruments et outils utilisés à cette époque en Bourbonnais…

(source : www.auvergne-centrefrance.com)

Les environs

Bourbon l’Archambault – La Forteresse au nord de la ville

Ygrande – L’église Saint Martin à 9.6 km à l’ouest

Souvigny – la Prieurale à 12.9  km au sud-est

Vallon en Sully – Musée des maquettes animées de Pierre Cognet

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : Oui
Dates et horaires : D’avril à juin et de septembre à octobre : les week-ends et jours fériés de 15h à 18h.
En juillet et août : Tous les jours de 15h à 19h, fermé les mardis non fériés.
En dehors des périodes d’ouverture, accueil uniquement des groupes sur réservation (à partir de 10 personnes valides, et de 7 personnes en situation de handicap).
Adresse :9, rue Jean Jaurès 03190 Vallon-en-Sully
Téléphone : 04 70 06 51 00 (Musée des Maquettes)
Courriel :
Site internet :

Vallon en Sully - Musée des maquettes animées de Pierre Cognet
Vallon en Sully - Musée des maquettes animées de Pierre Cognet

Situation

Histoire

Sont présentés les métiers et scènes de sabotier, lavandières sur le Cher, charrons, tonneliers, maréchal-ferrant, veillée à la ferme, fournil du boulanger, musiciens bourbonnais, limonaire, café 1900, imprimerie, scieurs de long en forêt de Tronçais. Une salle annexe présente la reconstitution d’un atelier de forgeron (matériel, outils grandeur nature). Le travail minutieux et de qualité a valu au créateur des maquettes le 1er prix « Nature et Tradition » de la Fondation Internationale Ford France en 1987.

(source : www.allier-auvergne-tourisme.com)

Les environs

Cérilly – Musée Charles-Louis Philippe

Propriétaire : Commune de Cérilly
Visite : Oui
Dates et horaires :

– du 1er mai au 30 Juin de 15h à 18h, samedi, dimanche et jours fériés

– du 1er juillet au 31 août de 15h à 18h, vendredi, samedi, dimanche et jour fériés

– du 1er septembre au 30 septembre de 15h à 18h, samedi, dimanche et jours fériés

Adresse : 5 rue Charles-Louis Philippe 03350 Cérilly
Téléphone : 04 70 67 52 00
Courriel : mairie@mairie-cerilly.com
Site internet : www.mairiecerilly.com

Charles-Louis Philippe (www.babelio.com)
Muséee Charles-Louis Philippe à Cérilly (www.mairiecerilly.com)
Charles-Louis Philippe (www.telerama.fr)
Charles-Louis-Philippe Bubu de Montparnasse

Situation

Cérilly est à 40 km au nord-est de Montluçon et à 45 à l’ouest de Moulins.

Le musée Charles-Louis Philippe est au 5, rue Charles-Louis Philippe.

Histoire

Maisons des illustres
La maison natale de Charles-Louis Philippe abrite depuis 1937 un musée consacré à la vie et à l’œuvre de l’écrivain (1874-1909), auteur notamment de « Bubu de Montparnasse », « Le Père Perdrix », « La Mère et l’Enfant », « Dans la Petite Ville », … C’est une petite maison à la façade étroite, élevée sur 2 étages et encastrée entre 2 autres bâtiments.
Ce musée, restauré en 1994 et labellisé « Maisons des illustres » en 2012 par le ministère de la Culture, respecte l’atmosphère de la maison où Charles-Louis Philippe a vécu jusqu’à l’âge de 22 ans. Du vieil escalier jusqu’à sa chambre avec son ancien carrelage, son mobilier et la fenêtre donnant sur la petite cour, en passant par l’atelier de sabotier de son père et la chambre de sa sœur.
Sur plusieurs panneaux, l’enfance de l’écrivain à Cérilly est évoquée à partir de souvenirs de famille, cahiers d’école, diplômes et bulletins scolaires, photos de classe.
Au rez-de-chaussée, dans la première pièce qui servait de cuisine et chambre parentale, se trouve la bibliothèque ayant appartenu à l’auteur, pleine de livres d’époque et de divers documents. Plusieurs vitrines et panneaux retracent l’enfance de l’écrivain, évoquée à partir de souvenirs de famille, cahiers d’école, diplômes, bulletins scolaires et photos de classe. La seconde pièce constitue l’atelier de sabotier de son père.
A l’étage, se trouvent les 2 chambres des enfants Philippe, Charles-Louis et Louise, sa sœur jumelle. Dans la chambre de l’écrivain, tout est d’origine : le lit, le bureau, les prix scolaires gagnés par lui-même et sa sœur. Les objets personnels de l’écrivain côtoient les manuscrits, parmi lesquels « Bubu de Montparnasse », « Le Père Perdrix, « La Mère et l’Enfant », et divers souvenirs de famille, permettant de retracer sa vie et ses rencontres, notamment avec André Gide. Dans la chambre de Louise, plus vaste, des panneaux présentent les analyses et documents sur les œuvres de Charles-Louis Philippe et celles de ses amis, André Gide, Valéry Larbaud, Léon-Paul Fargue, Francis Jourdain, Léon Werth, Lucien Jean, Henri Vandeputte et Jean Giraudoux.
Le musée regorge de multiples photos, dont celles de la maison de Carnetin (près de Lagny en Seine-et-Marne) où Charles-Louis Philippe et ses amis parisiens se réunissaient les fins de semaine de 1904 à 1907. Il est possible d’admirer les illustrations du livre « Bubu de Montparnasse » dont celles réalisées par André Dunoyer de Segonzac. De nombreuses eaux-fortes de celui-ci sont également exposées dans le musée.
Dans la petite cour, subsiste encore le puits qui, à l’époque, était utilisé par quatre familles constituant ainsi un lieu de rencontre et de convivialité.

(Source : www.mairiecerilly.com)

Les environs

Verneuil en Bourbonnais – Musée du lavage et du fer à repasser

Propriétaire :
Visite :
Dates et horaires : du 1 juin au 3 septembre de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 heure
Adresse : Les 4 vents de « Chillot »
03500 Verneuil-en-Bourbonnais
Téléphone : 04 70 45 91 53
Courriel :
Site internet : museelr.chez.com

Verneuil en Bourbonnais - Le musée du lavage et du repassage (www.allier-hotels-restaurants.com)
Verneuil en Bourbonnais - Le musée du lavage et du repassage (gvcusset.e-monsite.com)
Verneuil en Bourbonnais - Le musée du lavage et du repassage (www.allier-hotels-restaurants.com)

Actualités : un musée où il faut repasser

Verneuil en Bourbonnais - Le musée du lavage et du repassage (La Montagne du 24 août 2019)

Situation

Histoire

3000 fers à repasser à découvrir.
S’il y a un instrument ménager qui a été utilisé dans chaque famille, et à toutes les époques, c’est bien le fer à repasser.Modeste témoin de l’évolution des techniques et d’un certain mode de vie à travers les siècles, cet ustensile que les collectionneurs PRESSOPHILES ou SIDEROPHILES préfèrent appeler « repassoir » puisque sa fonction est de repasser, n’a pas toujours été connu sous les formes actuelles et en fait n’a été réalisé dans du fer que pendant une certaine période.
Savez-vous comment votre grand-mère, et votre arrière-grand-mère faisaient la lessive? Connaissez-vous les produits que les femmes utilisaient pour laver le linge avant l’invention du savon ? Pourquoi a-t-on construit de nombreux lavoirs publics au milieu du XIX ème siècle? Quel est l’ancêtre du fer à repasser ? Pourquoi met-on le linge « blanchir » sur le pré? Pour obtenir des réponses à toutes ces questions. Pour trouver une quantité d’informations sur la façon dont les femmes (les hommes très rarement) ont fait la lessive depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Les environs

Montmarault – Musée du chemin de fer de l’Allier

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite :
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
 Lien.facebook

Actualités : Ils sont fiers du patrimoine ferroviaire (La Semaine de l'Allier 20 décembre 2018)

Montmarault - Musée du chemin de fer de l'Allier (Semaine de l'Allier du 20 décembre 2018)

Actualités : Patrimoine ferroviaire (La Semaine de l'Allier du 19 mars 2020

Montmarault - Musée du chemin de fer de l'Allier (Semaine de l'Allier du 19 mars 2020)

Situation

Histoire

Les environs

Marcillat en Combraille – La Maison de la Combraille

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : Visite libre ou guidée sur demande
Dates et horaires : Du 01/01 au 31/05/2018.
Fermé lundi et dimanche.
De 10h à 12h et de 14h à 17h30 sur réservation.
Du 01/06 au 30/09/2018, tous les jours.
De 10h à 12h30 et de 15h à 17h30 sur réservation.
Du 01/10 au 31/12/2018.
Fermé lundi et dimanche.
De 10h à 12h et de 14h à 17h30 sur réservation.

Adresse : Place Pierre Bitard 03420 Marcillat-en-Combraille
Téléphone : 04 70 51 10 23
Courriel : maisondelacombraille@orange.fr
Site internet : http://maisondelacombraille.over-blog.com

Marcillat en Combraille - La Maison de la Combraille (medias.sit.auvergne-tourisme.info)
Marcillat en Combraille - La Maison de la Combraille (musees-bourbonnais.fr)
Marcillat en Combraille - La Maison de la Combraille (medias.sit.auvergne-tourisme.info)

Situation

Marcillat en Combraille se situe à 23 km au sud de Montluçon
La Maison de la Combraille est dans le village.

Histoire

La Maison de la Combraille est un espace ludique et interactif dédié au territoire de la Combraille. Les visiteurs partent à la découverte de toutes ses richesses en abordant divers thèmes : géologie, paysages et milieux naturels, faune et flore, archéologie et peuplement, habitat, vie sociale et quotidienne au XIXe siècle, patrimoine monumental. Des animations numériques font voyager les visiteurs dans l’espace et le temps.

(source : www.allier-auvergne-tourisme.com)

Les environs

Virlet – Abbaye Notre Dame de Bellaigue à 5,7 km  au sud-est

Ronnet – Le Donjon à 8,9 km au nord-est

Sainte Thérence – Château de l’Ours à 13 km au nord

Jaligny – La Maison Aquarium Val de Besbre

Propriétaire :
Visite : oui
Dates et horaires : 11 février – Mai : Du lundi au vendredi 14H-18H.Dimanche 14H-18H (sauf 18/03-25/03-01/04)
Juin-Août : Lundi 11H-13H et 14H-19H Mardi au vendredi: 10H-13H 14H-19H Dimanche: 14H-19H
Septembre-4 novembre : Du lundi au vendredi 14H-18h Dimanche: 14H-18H (sauf 16/09-23/09-30/09-07/10-14/10)
Adresse : chemin du stade 03220 Jaligny
Téléphone : 04 – 70 – 34 – 80 – 81
Courriel : smat-valleedelabesbre@orange.fr
Site internet : www.aquarium-valdebesbre.fr

Jaligny - Maison Aquarium Val de Besbre (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Jaligny - Maison Aquarium Val de Besbre (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Jaligny - Maison Aquarium Val de Besbre (medias.sit.auvergne-tourisme.info)
Jaligny - Maison Aquarium Val de Besbre (medias.sit.auvergne-tourisme.info)

Situation

Jaligny se situe à 31 km au sud-est de Moulins

La Maison Aquarium se situe à 300 m au nord du centre ville.

Espaces :

La salle des aquariums :
une véritable sensation d’immersion au bord de la rivière en zone de montagne, puis en zone de plaine.
– 17 aquariums représentant les 25 espèces de poissons et écrevisses d’eau douce que l’on rencontre dans la rivière Besbre, de ses sources en montagne bourbonnaise sur le versant nord du Puy de Montoncel à sa confluence avec le fleuve Loire en plaine à Diou.
– Une double cimaise de présentation ludique et interactive de découverte de la faune
et de la flore présentes le long de la rivière, côté montagne, et côté plaine.
– Des illustrations graphiques pour mieux comprendre le cycle de l’eau, la rivière,
la pyramide écologique, les poissons.
– Une borne multimédia avec un quizz sur les thèmes de l’eau, de la rivière,
des poissons, des écrevisses.

La salle de projection vidéo : « Les 4 saisons de la Besbre » : la rivière Besbre, de ses sources à sa confluence,à travers la vision de l’écrivain du pays René FALLET.
Film de 25 minutes de Daniel MARTINEAU
50 places assises.
Salle de 70 m² environ avec 2 toilettes pouvant être utilisée pour des conférencesou des réunions.

Les salles d’expositions temporaires :
2 à 3 expositions temporaires dans l’année autour des thèmes de la nature, des milieux aquatiques d’eau douce, de la faune, de la flore.

(source : www.aquarium-valdebesbre.fr)

Les environs

Jaligny – le château à 300 m au sud

Chatelperron – Préhistorama à 4,5 km au nord-est

Saint-Léon – Puy Saint Ambroise (point de vue) à 10,5 km au nord-est

Chatelperron – Préhistorama

Epoque :  – Protection :
Propriétaire :
Visite : oui
Dates et horaires : du 1er avril au 30 septembre : 10h à 12h  et  14h à 18h (fermé le mardi)
ouvert dimanche et jours fériés : 14h à 18h
Adresse : La Gare 03220 CHATELPERRON
Téléphone : 04.70.34.84.51.
Courriel :prehistoramachatelperron@orange.fr
Site internet : 03web.fr

Chatelperron - Préhistorama (www.auvergne-centrefrance.com)
Chatelperron - Préhistorama (www.allier-auvergne-tourisme.com)
Chatelperron - Préhistorama (www.randos-allier.com)

Situation

Chatelperron se situ à 36 km au sud-est de Moulins età 44 km au nord-est de Vichy

Le musée se situe dans l’ancienne gare de Chatelperron.

Histoire

C’est grâce à la construction du chemin de fer qui devait relier le bassin houiller de Bert-Montcombroux au port de Dompierre-sur-Besbre que fut découvert en 1848 l’abri de « La Grotte des Fées ».

Fouillée dès 1850, cette grotte ne livra tout d’abord que quelques outils en os et bien plus tard de nombreux silex taillés qui témoignaient de l’existence d’une civilisation bien particulière, à laquelle on donna le nom de « Châtelperronienne ».

Il s’agit d’un groupe de trois grottes dont deux subsistent mais sont aujourd’hui bouchées. C’est Albert Poirrier, qui dirigeant la construction de la voie ferrée, enleva les couches qui s’étendaient devant l’entrée. Il y recueillit des ossements et quelques objets en silex et os.
C’est ensuite le Docteur Guillaume Bailleau, qui a effectué de 1867 à 1872 des fouilles dans les trois cavités de la grotte, découvrant un grand nombre de silex taillés et d’ossements, dont une défense de mammouth atteignant plus de deux mètres de longueur.
La collection récoltée par Bailleau comprend plusieurs centaines d’outils en silex. Elle est aujourd’hui dispersée entre le British Museum de Londres, le musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, l’institut de paléontologie humaine de Paris et le musée Anne de Beaujeu de Moulins.

À partir de 1951 Henri Delporte reprend les fouilles, recueillant un mobilier assez important déposé aujourd’hui au musée d’Archéologie Nationale. Pour la première fois à Châtelperron, Henri Delporte établit dans la grotte « effondrée » une stratigraphie, c’est à dire une superposition de couches archéologiques.

Les environs

Chatelperron – Le château

Jaligny – La Maison Aquarium du Val de Besbre à 4,5 km au sud-est

Saint-Léon – Puy Saint-Ambroise (point de vue) à 7 km à l’est