Bagneux – Forêt des Prieurés de Bagnolet

Propriétaire : Forêt domaniale (Etat)
S
uperficie : 2637 ha
Visite : libre ou guidée
Téléphone : 04 70 48 14 34

Courriel : s.durix@agglo-moulins.fr
Site internet :

Une allée dans la forêt de Bagnolet (www.randos-allier.com)
Etang dans la forêt de Bagnolet (www.randos-allier.com)
La forêt de Bagnolet - chevreuil
Forêt de Bagnolet - Equipage du Percevent (e.percevent.free.fr)

Situation

La forêt des Prieurés de Bagnolet est située à 15 km au nord-ouest de Moulins

Histoire

Le village de Bagneux englobe une partie de la forêt domaniale de Bagnolet, que Nicolas de Nicolay qualifiait de “belle et grande étendue”.

Ce massif forestier d’environ 1900 hectares s’étire du nord au sud de la vallée alluviale de l’Allier, au nord de Moulins. Le chêne est l’essence dominante, tandis que le hêtre est plutôt abondant au nord. La faune abritée par la forêt est riche et diversifiée, et les sources de nourriture sont multiples. L’avifaune comprend plusieurs rapaces et Pics nicheurs, et présente cinq espèces d’intérêt communautaire.

Les nombreux ruisseaux affluents de l’Allier, ainsi que la présence de plusieurs étangs en bordure permettent, par exemple, la présence dans la forêt de la tortue bourbeuse, une espèce d’intérêt communautaire, figurant sur la liste rouge des espèces menacées. La gestion retenue par l’Office National des Forêts est la futaie régulière de chêne rouvre avec sous-étage de charme et de hêtre.

Quelque part dans cette forêt se trouve la tombe dite de l’ermite. Elle est en pierre, daterait des XIVème ou XVème siècles. Sur cette tombe est représentée en demi-relief un calice et deux croix. Il est probable que ce soit la sépulture d’un prêtre qui vivait en solitaire. Les fondations d’un petit édifice, qui devait être une chapelle dédiée à sainte Marie Madeleine ont été découvertes à proximité. Après la mort de l’ermite, ses rares fidèles durent l’inhumer dans cette chapelle, et placer cette pierre pour perpétuer son souvenir. Par la suite, l’oratoire est tombé en ruine, et la dalle a été déplacée.

(source :”www.randos-allier.com”)

Les environs

Agonges – Chateau de L’Augère à 3 km à l’ouest

Agonges – Eglise Notre Dame à 4 km au sud-est

Villeneuve sur Allier – Le château du Riau à 11 km au nord-est

Ebreuil – Les gorges de la Sioule

Visite : en canoë à Ebreuil
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Les gorges de la Sioule (Wikipédia)
Les gorges de la Sioule à Chouvigny (mapio.net)
Les méandres de la Sioule - environs de Menat (www.bellesroutesdefrance.fr)
Les gorges de la Sioule à Chouvigny (www.auvergne-tourisme.info)

Situation

Dans le Bourbonnais, les Gorges de la Sioule de dessinent entre le pont de Menat et Ebreuil :

à 31 km à l’ouest de Vichy
à 54 km au sud-est de Montluçon
à 61 km au sud de Moulins

Description

Avant de rejoindre les eaux calmes de l’Allier, la Sioule dévale les contreforts du Massif-Central dans un environnement sauvage qui mérite le détour. La rivière, qui marquait jadis le pas entre le Bourbonnais et l’Auvergne, entre oc et oil, délimite encore aujourd’hui l’Allier sur sa rive gauche et le Puy-de-Dôme à sa droite.

Juché sur la falaise, le château de Chouvigny, ancienne forteresse du XIIIe siècle, domine les gorges, que les promeneurs prennent plaisir à découvrir en remontant le lit de la rivière.

Entre les vallées de la Sioule et de la Bouble, la forêt des Colettes arbore 1600 ha de chênes et de hêtres, repère des amateurs de champignons. Le massif forestier abrite également une base VTT et cyclo labellisée FFCT, le Vert Plateau, qui propose là, 280 km de sentiers balisés pour une découverte plus sportive.

Parmi les nombreuses églises romanes qui font le charme des environs (Gannat, Mazerier, Biozat…), l’église Saint-Léger à Ébreuil, ancienne abbatiale, rappelle qu’une puissante abbaye bénédictine a siégé là pendant près de 900 ans. Les fresques de la tribune, exécutées vers 1125, sont les plus anciennes parmi les nombreux ornements de l’édifice.

(Source : “www.allier-auvergne-tourisme.com”)

Les environs

Ebreuil – L’abbaye Saint-Léger

Chouvigny – Le château de Chouvigny à 10 km à l’ouest d’Ebreuil

Saint-Remy de Blot (63) – Ruines de Château Rocher à 18 km à l’ouest d’Ebreuil

Cérilly – La Forêt de Tronçais

Epoque :  – Protection : ZNIEFF, Réseau Natura 2000, réserve biologique intégrale
Propriétaire : Etat – Forêt domaniale
Visite : oui
Dates et horaires : Possibilité de visites dans toutes les forêts domaniales sur demande et sur réservation. Ouvert du 9 juillet au 20 août, de 15h à 17h, les mercredis sur réservation; autres périodes sur rendez-vous auprès des service environnement ACP de l’ONF (1 mois avant) Réservation à l’office de tourisme de Cérilly uniquement en période estivale 04 70 67 55 89
Randonnées en forêt de Tronçais, découverte du patrimoine, la faune , la flore et la géologie ou des indices d’animaux. Parmi les parcours proposés, une randonnée de 5 km ouverte à tous pour découvrir la plus belle chênaie d’Europe; une autre plus dense et intense sur une journée autour des étangs de St-Bonnet, Morat, Tronçais et Saloup
Adresse : Rond de Richebourg sur la D953 03360 Saint- Bonnet de Tronçais
Téléphone : ONF 04 70 46 82 00 ou 04 70 46 94 64 ou 04 70 06 81 08
Courriel :
Site internet : www.paysdetroncais.com tourismeenpaysdemontlucon.com

L'étalon : circonférence : 3.13 m, 200 ans, parcelle 329

Le Chêne Montaloyer, circonférence : 5.45 m, 320 ans, parcelle 279

Le Tire et Aire, circonférence : 4,05 m, 350 ans, Parcelle 232

Le chêne Saint-Louis, circonférence : 6 m, 450 ans, parcelle 234

Le chêne de Pirot : circonférence : 3.85 m, parcelle 37

Le chêne Stebbing, circ. 4.87 m, 380 ans, parcelle 227

Le chêne carré, circonférence : 6.35 m, âge : 400 ans, parcelle 215

Le Brogneux de Protière : circonférence : 4.50 m, 320 ans, parcelle 68

Le chêne de la résistance (ancien Maréchal Pétain), circonférence : 3.68 m, 310 ans, parcelle 234

La Sentinelle, circonférence : 6.50 m, 450 ans, parcelle 138

Situation

Située à 43 km au nord de Montluçon et à 50 km à l’ouest de Moulins.

Histoire

S’étendant sur près de 11 000 hectares, la forêt de Tronçais est l’un des plus beaux massifs forestiers de France. Entaillée à maintes reprises, la forêt a fini par reprendre ses droits et arbore aujourd’hui des spécimens plusieurs fois centenaires. La chênaie s’étend sur les communes de Braize (776 ha), Cérilly (1788 ha), Couleuvre (405 ha), Isle-et-Bardais (2788 ha), Le Brethon (1400 ha), Meaulne (112 ha), Saint-Bonnet-Tronçais (1176 ha), Urçay (343 ha), Valigny (17 ha) et Vitray (1728 ha).
300 ans d’histoire :
Cette importante chênaie compte également des hêtres et des charmes pour contraindre les chênes à aller chercher la lumière toujours plus haut. Les fûts de 40 mètres ainsi obtenus (après quelque 250 ans !) placent la voûte végétale à la hauteur des cathédrales. La forêt en garde une atmosphère rare, une impressionnante majesté. Traversée par César, réhabilitée sous Colbert, truffée jadis de camps maquisards gaulois et sites gallo-romains, la forêt conserve encore aujourd’hui les traces du passage de l’homme depuis l’ère préhistorique. C’est en prenant leur temps, furetant ici et là sous les bois, que les promeneurs découvrent vraiment la forêt et apprécient ses vestiges, la fraîcheur d’une fontaine…
La futaie Colbert
Cette superbe parcelle est maintenant entièrement régénérée ; il est vrai que certains arbres étaient malades ou arrivés à maturité. Quelques spécimens ont été récoltés et vendus comme récemment le chêne du vieux Morat. Les derniers beaux spécimens répartis sur 13 hectares sont conservés par l’ONF et classés en réserve biologique. Proche du rond Neuf, (parcelle 235) et du rond du Vieux Morat (parcelle 231, 232). La visite de cette cathédrale végétale s’impose. La plupart des chênes de ces parcelles n’ont pas moins de 300 ans. L’eau jaillit en de nombreux points, faisant courir des ruisseaux sous les feuilles et entre les racines. Une quarantaine de fontaines ont été répertoriées dans les bois. Pour la plupart secrètes et livrées à leur sort, elles étaient jadis entretenues avec soin, tant leur pureté était vitale. La forêt fut de tout temps habitée. Sur la commune de Le Brethon, le prieuré de la Bouteille, dont il ne subsiste que la chapelle Saint Mayeul, signale que les moines bénédictins étaient venus s’isoler dans la forêt voilà 1000 ans. Encore au XIXe siècle, nombreuses étaient les huttes et les cabanes à occuper les sous-bois. Bûcherons, fendeurs et charbonniers logeaient sur leur lieu de travail et construisaient leur abri selon un modèle typique de leur corps de métier. Toujours en activité, les mérandiers façonnent le bois de Tronçais pour la fabrication des fûts des plus grands vins de Bordeaux.
Les chênes remarquables
Certains chênes, nés il y a plus de 350 ans, ont su parvenir jusqu’à nous, souvent parce que leur forme empêchait leur exploitation. Ainsi, le chêne carré (près du rond de Viljot) serait né vers 1630. La Sentinelle, qui affiche 6,55 mètres de circonférence, (près du rond de Richebourg) est sans doute l’un des plus vieux chênes classés de Tronçais. Il aurait montré sa première feuille vers 1580 ! Les Jumeaux tout proches, seraient nés de la même souche voilà 403 ans ! Le Stebbing est quant à lui réputé pour être le plus bel arbre exploitable de la forêt. En tout, 19 arbres remarquables sont signalés. Suivez les pancartes…
Outre de nombreux ruisseaux, deux rivières traversent le massif : la Marmande et la Sologne. Cinq étangs s’y trouvent : -L’étang de Saint-Bonnet s’étend sur 44 ha. Cet étang naturel a été agrandi à la fin du XVIIIe siècle de manière à pouvoir soutenir le niveau de l’étang de Morat. Il est inscrit à l’inventaire des sites depuis le 1er février 1934. -L’étang de Tronçais s’étend sur 18 ha. Situé sur le cours de la Sologne, il a été créé en 1789 pour fournir de l’énergie aux forges de Tronçais. -L’étang de Morat (privé) s’étend sur 13 ha. Il se situe sur le cours de la Sologne, en aval de l’étang de Tronçais. -L’étang de Saloup (privé) s’étend sur 12 ha. Il est situé en amont de -L’étang de Tronçais. -L’étang de Pirot s’étend sur 70 ha. Situé sur le cours de la Marmande, il a été mis en service en 1848 pour alimenter en eau le canal de Berry via l’étang de Goule. Il est profond de 14 m au pied du barrage. On trouve dans la forêt près d’une centaine de sources.

Les environs

Le Brethon- Le prieuré St Mayeul au sud de la forêt
Hérisson – La Forteresse à 20 km au sud
Vallon en Sully – le château du Creux à 17 km au sud

Vichy – Les Parcs

Epoque :  Napoléon III- Protection : ISMH
Visite : Accès libre toute l’année
Dates et horaires :
Adresse : Les parcs de Vichy Boulevard des États-Unis
03200 VICHY
Téléphone : 0825 77 10 10
Courriel :
Site internet : Vichy tourisme

Situation

Les berges de l’Allier

Histoire

En cure dans la « reine des villes d’eaux » de 1862 à 1865 l’Empereur Napoléon III décide d’y créer les Parcs d’Allier : le Parc Napoléon et le Parc Kennedy. D’inspiration anglaise ces vastes étendues de verdure procurent une sensation de totale liberté incitant à flâner ou courir, à se reposer ou à y observer les espèces végétales exotiques ou rares. Celles-ci témoignent de la qualité du patrimoine arboré de la ville, de sa densité et de sa singularité. En effet l’ensemble des Parcs d’Allier propriété d’Etat, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, comprend près de 2000 arbres, incluant 83 genres et plus de 220 variétés. Napoléon premier, oncle du troisième, avait auparavant créé par décret en 1812 le Parc des Sources, dont les platanes et les marronniers sont alignés tels des menhirs de bois.

D’autres parcs ont au cours du temps vu le jour : le parc des Célestins, le parc des Bourins, le parc du Soleil, le parc Omnisports Pierre Coulon et celui de la toute nouvelle Esplanade d’Allier. Cette qualité environnementale de vie a été officiellement reconnue et récompensée : Vichy est classée « 4 fleurs » depuis 1969, « Grand Prix National de Fleurissement » depuis 1989, « Prix national de l’arbre en 1996 » et désormais labélisée « Arbre remarquable de France »

(source”www.allier-auvergne-tourisme.com“)

Les environs

Billy – La Forteresse à 14 km au nord

Busset – Le château à 12 km au sud-est

Cusset – Le musée de la Tour Prisonnière et souterrains à 3 km à l’est

Villeneuve sur Allier – Arboretum de Balaine

Epoque :  Arboretum 1804- Protection : site classé MH (1993)
Propriétaire : Madame Courteix-Adanson
Visite : Oui
Dates et horaires : tous les jours du 1er mars au 30 novembre de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h
Adresse : Arboretum 03460 Villeneuve sur Allier
Téléphone : 04 70 43 30 07  – 06 70 11 55 32
Courriel : arboretum.balaine@wanadoo.fr
Site internet : www.arboretum-balaine.com

Actualités : Louise Courteix, l'àme fidèle de Balaine

Louise Courteix (Reflets d'Allier mars-avril 2017)

Situation

Villeneuve sur Allier est situé à 14 km au nord de Moulins

L’Arboretum est situé 4 km au nord de Villeneuve sur Allier

Histoire

L’arboretum de Balaine dans l’Allier en Auvergne, le plus ancien parc botanique et floral privé de France, associe l’architecture des jardins à l’anglaise du XIXe aux collections d’essences exotiques.

Histoire :

En toute saison Un parc habité ; un parc de végétaux de collection ; un jardin paysager, avec le thème de l’eau, les fabriques, passerelles qui enjambent les rivières. De saison en saison, le parc dévoile ses charmes et ses mystères… Au printemps, cornus florida, azalées, rhododendrons, viburnums et magnolias ; En été, iris, hydrangeas et une superbe collection de rosiers anciens ; En automne, feuillus exotiques colorés, collection de 250 érables du Japon, en hiver, arbres et arbustes à fruits colorés ou en fleurs.
Un jardin au féminin
Créé il y a plus de 200 ans par Aglaë Adanson, le parc appartient à la même famille depuis sa création en 1804.
Agée de 30 ans, Aglaë Adanson, fille du célèbre naturaliste Michel Adanson, se retire à Balaine. Passionnée de botanique elle essaie d’acclimater les plantes exotiques ramenées par les grands botanistes de leurs expéditions.
Ajourd’hui, Louise Courteix-Adanson son arrière arrière-petite-fille gère le domaine ouvert au public en 1971. « Les femmes y ont toujours été actives et tenaces», affirme celle qui a repris le flambeau pour redonner, et avec quel succès, une nouvel âme à ce jardin. Fête des plantes : chaque année en avril A la fête des plantes, une fois par an, l’Arboretum rend hommage à sa créatrice, Aglaë Andanson. Un rendezvous à ne pas manquer pour aller à la rencontre d’une cinquantaine d’exposants dans le cadre anglo-saxon du parc du château. Outre la découverte de rosiers anciens, magnolias, azalées, orchidées, bambou, plantes médicinales, aquatiques, grimpantes, aromatiques…, il est possible de percer les secrets de différents artisanats (bois, composition florale, verrerie, miel, graines tropicales, démonstrations de greffage,…) et découvrir des activités étonnantes liées au monde végétal tels les productions culinaires à base de plantes, les jardins miniatures…

Les environs

Villeneuve sur Allier – Le château du Riau à 3km au sud

Moulins – Le Palais Ducal à 15 km au sud-est

Trévol – le Château d’Avrilly à 3km au sud