Epoque :  XII°-XV° – Protection : MH (1928)
Propriétaire : Commune de Colombier
Visite :
Dates et horaires :
Adresse :
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

Colombier (lieuxsacres.canalblog.com)
Colombier - Portail polylobé (lieuxsacres.canalblog.com)
Colombier - Fontaine Saint-Patrocle (lieuxsacres.canalblog.com)
Colombier - Fontaine Saint-Patrocle (lieuxsacres.canalblog.com)

Situation

Colombier se situe à 20,4 km au sud-est de montluçon.

L’église Saint-Patrocle est dans le village.

Histoire

La construction de l’église prieurale débuta au XIème siècle, des transformations furent exécutées aux XIIème et XIIIème siècles notamment. Le très beau clocher élevé sur la croisée du transept est du XIIème, de style roman. Le portail d’entrée et du début de la période gothique. A proximité de l’église coule la fontaine Saint-Patrocle, du nom du saint dont les restes reposent toujours dans l’église.
Édifice roman, composé d’une nef de cinq travées, flanquée de bas-côtés, d’un transept saillant, une absidiole ouvrant sur chaque bras. Le chœur à chevet plat date du XVème siècle, la sacristie, qui le prolonge, est du XIXème siècle. La façade actuelle a été construite au début de la période gothique.
Outre l’église, la dévotion à saint Patrocle se centre sur la fontaine. Cette eau, toujours fraîche, est réputée avoir des vertus thérapeutiques. La légende rapporte que celui-ci manquant d’eau lorsqu’il construisit le monastère, il lança un marteau de telle force qu’il retomba à près de 300 mètres en créant la source. D’autres appellent l’endroit « le marteau de Thor ». Pourtant, c’est Sucellus, le dieu gaulois, qui aurait été le mieux placé : « Sucellus, dieu au maillet et au chaudron, protecteur de la fécondité, il fait jaillir les sources sylvestres en frappant le sol de sa masse. Il a été assimilé à Sylvain ou à Vulcain. On le représente sous la forme d’un vieillard ou d’un homme d’âge mûr, vêtu à la gauloise d’une tunique à capuche, de braies et de bottes, et portant un maillet et parfois un chaudron, souvent accompagné d’un chien. Il est souvent accompagné de la déesse Nantosvelta. Contrairement aux autres dieux gaulois, qui ont leur équivalent en Irlande et au pays de Galles, on ne le trouve qu’en Gaule.  »
La source est réputée pour la guérison des maladies de peau et pour que les jeunes filles à marier trouvent un partenaire. Il suffit pour celà qu’elles trempent leur pied droit deux fois dans le dernier bassin. Une procession à la fontaine a lieu le dernier Dimanche de Juillet. Le pélerinage à Saint Patrocle, survivance probable d’un culte gaulois, n’a cessé qu’en 1970.
Né dans la région de Bourges, Patrocle s’intruisit très vite dans les sciences, les lettres sacrées et profanes. L’évêque de Bourges l’ordonna diacre à l’âge de vingt-cinq ans, puis archidiacre. On le considérait comme l’un des hommes les plus saints et les plus cultivés de son époque.
Devenu le précepteur des fils de Clodomir, roi des Francs, il eut pu vivre à la cour, être l’un des conseillers du royaume. Les honneurs ne le tentaient pas, une existence fastueuse ne convenait pas à son caractère. Le clergé séculier lui parut même trop attaché aux biens de ce monde. Il avait l’ardent désir de se consacrer uniquement à Dieu et il se retira dans la solitude, pour y vivre, prier, méditer.
(Source : lieuxsacres.canalblog.com)

Les environs

Beaune d’Allier – château de Sallebrune à 10 km à l’est

Néris les Bains – vestiges Gallo-romain à 11,4 km à l’est

Doyet – Donjon de La Souche à 11,1 km au nord

lire aussi : la légende de Saint Patrocle.