La richesse de l’architecture thermale et de l’aménagement urbain de Vichy n’est pas seulement due à Napoléon III. Dès le Second Empire, le conseil municipal œuvre aux améliorations de la ville. Pour autant, la présence de l’Empereur, dès sa première cure en 1861, va déterminer et influencer le nouveau visage de la cité thermale.

Napoléon III encourage le développement thermal français alors en rivalité avec celui de l’Allemagne. Sa conception évolue, reliant soins médicaux et tourisme, s’inspirant du modèle outre-Rhin. Vichy se classe déjà comme l’une des plus importantes stations fran- çaises et le domaine thermal appartient à l’État. Cette combinaison va jouer en faveur d’un développement urbanistique public et privé. Une fièvre de la construction s’empare de Vichy : digues, gare, établissement thermal, aménagement des parcs le long de l’Allier, voirie, casino, etc. Des quartiers entiers de villas émergent à l’initiative de propriétaires privés sous l’impulsion de Napoléon III. Sa volonté impériale s’exprime également dans cette mise en scène du nouveau Vichy avec notamment la construction des chalets le long de l’actuel boulevard des États-Unis.