Château sur Allier – les Fêtes de La Chavannée

Date de création : 1969
Mission : Conserver les arts et traditions populaires des bords d’Allier
Lieu : Embraud – 03320Château sur Allier.

Les jours de fête, le chemin est fléché depuis Le Veurdre.

Composition :
Patrick BOUFFARD, Vielle
Jean-Marc DUROURE, Chant, Contrebasse
Eric ELSENER, Chant, Flûtes, Cornet, Musette du Centre
Patrick HEINISCH, Violon, Mandoline
J.F.-Maxou- HEINTZEN, Vielle, Musette du Centre
Eveline PARIS, Chant
Frédéric PARIS, Vielle, Accordéon diatonique, Clarinette, Chant, Flûtes, Musette du Centre
Manu PARIS, Violon, Chant, Flûtes, Musette du Centre
Marc PERONEILLE, Vielle, Chant, Saxophone

Château sur Aliier - La Chavanée (lachavanee.com)
Château sur Allier - Fête des Bradons (lachavannee.com)
Château sur Allier - Fête de la rivière (lachavannee.com)
Château sur Allier - Fête des Chavans (lachavannee.com)

Situation

Références :

Entre Bourbonnais, Nivernais et Berry, les Chavans s’attachent à faire découvrir le patrimoine musical de ces régions du centre de la France. Prenant appui sur un important répertoire vocal, ils mêlent chants et adaptations instrumentales à leurs propres compositions. Il s’en dégage une musique foisonnante et bocagère, ancrée dans les terres fermes et prête à suivre la rivière …

Fondée en 1969 à Château sur Allier, petit village aux confins du Bourbonnais, du Berry et du Nivernais, La Chavannée d’Montbel ne fut au début qu’un groupe folklorique comme tant d’autres. Bien vite cependant, la nécessité de ne pas se contenter de présenter des danses en costume sur les podiums des fêtes patronales de la région devint une évidence.

En s’intitulant “Groupe de recherches et d’expression paysannes”, et en tournant ses activités vers le vaste domaine des “Arts & et traditions populaires”, l’association prit un virage qui se concrétisa en 1977 par l’achat d’une locature bourbonnaise : la ferme d’Embraud.

Dans ce lieu, La Chavannée organise des fêtes où l’on danse et l’on chante les répertoires locaux, où l’on déguste vins du cru et recettes paysannes. On y accueille des classes venues découvrir les patrimoines du bocage. On y enregistre des disques. C’est aussi un musée, où l’on organise des expositions thématiques : l’enfance, la nourriture populaire, le cheval, l’eau, la nuit…

En bas d’Embraud coule l’Allier, et cette voisine de tous les instants porte nos bateaux : depuis plusieurs années, nous faisons redécouvrir l’ancienne batellerie fluviale, ses techniques de navigation, sa gloire passée, ses chansons.

Sur les terres d’Embraud, il y avait autrefois une vigne. Nous espérons vendanger bientôt nos propres ceps. Nous aimons les arts et traditions populaires, nous les étudions pour mieux les faire découvrir. Et il n’y a pas meilleure étude que la pratique.

(source : www.culture.allier.fr)

Hérisson (Chateloy) – Festival de musique en Bourbonnais

Date de création : 1966
Objet : Le Festival de Musique en Bourbonnais a été créé en 1966 pour apporter une animation musicale à la région et pour restaurer l’église romane de Châteloy et ses peintures murales du XIIIème et du XVIème siècle.
Lieu : église de Chateloy ( Hérisson) – Église de Maillet  – Église de Louroux-Hodement – Église de Nassigny

Site internet : www.festival-musique-bourbonnais.com

Courriel : 

Festival de musique en Bourbonnais

Situation

Histoire

Souvigny – Pélerinage de Saint-Mayeul – Saint-Odilon

Date : Premier weekend de mai
Objet de dévotion : Les Saints Abbés Mayeul et Odilon
Lieu : Souvigny
Contact : Le sanctuaire de la Paix
Tél : 04 70 43 60 51
6 place Aristide Briand 03210 Souvigny

Saint-Mayeul et Saint-Odilon
La Prieurale de Souvigny (medias.sit.auvergne-tourisme.info)
Pèlerinage de Souvigny (www.souvigny-sanctuairedelapaix.com)
Pèlerinage de Souvigny (www.souvigny-sanctuairedelapaix.com)
Pèlerinage de Souvigny (www.souvigny-sanctuairedelapaix.com)

Actualité : Pélerinage de la Paix : comment de Diocèse fera-t-il briller son sanctuaire ?

Souvigny - Pélerinage de La Paix (la Semaine de l'Allier 12 mars 2020)

Situation

Souvigny est à 12 km à l’ouest de Moulins

Histoire

Du grand Pèlerinage Médiéval…

A l’époque médiévale, le pèlerinage de Saint-Mayeul et Saint-Odilon comptait parmi les plus grands de l’occident chrétien, avec ceux de Saint-Martin de Tours et Saint-Julien de Brioude, eux aussi sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

Les récits des miracles des deux saints abbés de Cluny déjà de leur vivant, puis leurs reliques après la mort attiraient des foules de fidèles « désireux de bénéficier de leur intercession et des bienfaits de leur virtus ». Charité et humilité, paix et miséricorde, tel fut leur grand témoignage évangélique.

Paysans ou marchands, clercs ou mendiants, rois et papes de l’époque, y viendront prier. Au long des siècles, les reliques seront translatées des tombes personnelles dans le sarcophage de grès fenêtré, puis dans des châsses et enfin dans cette armoire aux reliques gothique œuvre de Dom Chollet au XVe siècle, où elles se trouvent aujourd’hui. La Révolution mit le tombeau en plus de 2 000 pièces et le pèlerinage en veille, dans une priorale devenue paroissiale.

L’aube d’une renaissance…

Elle est le fruit d’une convergence de nombreuses dynamiques :
en 1990 s’installe au prieuré la Communauté des Frères de Saint-Jean,en 1995 Souvigny est élue Grand Site national de la Région Auvergne et le Musée municipal est crée avec son superbe dépôt lapidaire roman et ses expositions…

Dans les années 2000, les travaux d’envergure mènent à la découverte des tombeaux et à la mise en valeur de cet édifice majeur, classé comme l’un des tout premiers monuments historiques de France par Prosper Mérimée (1840).

​En 2003, la prieurale est proclamée Grand Sanctuaire roman d’Auvergne.

Municipalité et associations ont à cœur de restaurer et d’embellir le vieux Souvigny. Le chemin de Saint-Jacques est rénové (GR 300), ponctué de sculptures (Association 2A2B). Gîtes et chambres d’hôtes se multiplient… et le diocèse, qui depuis longtemps entretient le prieuré, décide d’investir encore davantage pour accueillir touristes et pèlerins.

Le grand renouveau

C’est sous l’impulsion de Mgr Percerou, évêque de Moulins, très attaché à ce lieu, que le premier grand pèlerinage est instauré les 6 et 7 avril 2016, puis le second les 6 et 7 mai 2017, et chaque 1er dimanche de mai à l’avenir :

​Pèlerinage de la Miséricorde en 2016 : « Pars… vers le pays que je te ferai voir »
Veillée, marches (avec les marcheurs de Saint-Jacques), office monastique de midi, animations jeunes, conférences et eucharistie.

Pèlerinage de la Paix en 2017 : « Ose la paix ! »
Toutes générations avec les Communautés Sant’ Egidio de Rome et de Lyon. Des cœurs furent touchés, et à en croire certains témoignages, des grâces accordées.

​Sanctuaire de la Paix désormais, officiellement proclamé le 7 mai 2017 : paix intérieure, paix en famille, entre personnes, religions, peuples et nations…

Saint-Germain des Fossés – Pélerinage à Notre Dame

Date : Le dimanche suivant le 2 juillet.
Objet de dévotion : Notre Dame de Saint Germain des Fossés – Vierge de pitié (fin XVe siècle)
Lieu : Prieuré de Saint-Germain des fossés

Notre Dame de Saint-Germain des fossés (nievretourisme.blogspot.it)
Procession (1970) (sanctuaires.aibl.fr)
Prieuré de Saint-Germain des fossés (Wikipédia)

Situation

Saint-Germain des fossés est situé à 10 km au nord de Vichy

Histoire

Pèlerinage :
Le pèlerinage a lieu tous les ans, le dimanche suivant le 2 juillet. Le dimanche précédant le 2 juillet, après les vêpres, la statue est descendue de l’autel qu’elle occupe habituellement et placée sur une crédence au milieu de l’église. Des sermons et des exercices pieux se succèdent chaque jour. À l’office du soir, la statue est portée trois fois autour de l’église. Le 2 juillet se nomme dans le pays la petite fête. Une grand-messe est dite et le soir après les vêpres on processionnait autour du cimetière et de l’église [il s’agit de l’église du prieuré]. Le dimanche qui suit le 2 juillet constitue la grande fête à laquelle accourent les pèlerins en foules nombreuses. Après la grand-messe, la procession traditionnelle du pèlerinage se déroule. La statue est portée par des hommes qui considèrent leur rôle comme un honneur, transmis de père en fils, dans les familles. Ces porteurs ont été longtemps choisis parmi les descendants des mariniers qui découvrirent la statue. Ils revêtent un costume spécial rappelant celui des anciennes confréries de pénitents blancs. Tout au long du parcours de la procession, aux endroits fixés par la coutume, sont dressés des reposoirs ; La statue reste exposée pendant l’octave de la grande fête. Le dimanche suivant, elle regagne sa place habituelle. À cette occasion, des fidèles portent des roses qui sont bénites et que l’on conserve dans les maisons comme porte-bonheur. Au temps des royautés, la procession comportait roi des hommes, roi des garçons, reine des femmes et reine des filles. Les pèlerins demandent la récitation d’évangiles ou de Salve que les prêtres disent en plaçant sur la tête du suppliant l’extrémité de l’étole. Des rubans bénits, images et souvenirs pieux sont débités au cours du pèlerinage. Toutes les intentions sont portées à Notre-Dame-de-Saint-Germain. Les ménages sans enfant l’invoquent et les petits enfants lui sont particulièrement recommandés. » (renseignements recueillis en 1936) Après la construction de la nouvelle église, le rituel a été modifié. « La statue miraculeuse est toujours conservée dans la vieille église du prieuré. Mais, à l’ouverture des fêtes, elle est portée en procession de l’ancienne église à l’église neuve et, le dimanche après la grande fête, elle est ramenée processionnellement à l’église du prieuré. Le pèlerinage a été rehaussé par des innovations nouvelles et devenues rapidement populaires : consécration des petits enfants inscrits à l’Association des anges de Notre-Dame ; journée de prières pour les malades de la région ; enfin, le jeudi suivant le 2 juillet a été réservé comme jour de pèlerinage pour les enfants des écoles et patronages. » (C. GAGNON, p. 96-97). Aujourd’hui, sont maintenues la descente et la remontée solennelles de la statue ainsi qu’une grande journée de pèlerinage. Une journée, vers le 29 juin, est réservée aux prêtres, avec, notamment, la fête des prêtres jubilaires, journée de semaine à laquelle est présente une assez nombreuse assistance.

Notre Dame de Saint Germain des Fossés :
Vierge de pitié (fin XVe siècle ; 75kg). Statue retrouvée par des mariniers dans le lit de l’Allier (probablement précipitée dans le fleuve à l’époque des guerres de religion (troubles dans la région : 1568-1576). À l’époque révolutionnaire, la statue fut abîmée (sont brisées les jambes de la statue, la tête, le bras droit et les jambes du Christ). La statue est ensuite cachée par des fidèles et replacée ensuite dans l’église du prieuré, après une réfection sommaire. Elle a été repeinte en 1896, pour les fêtes du couronnement (2 juillet 1896). Depuis 1994, la statue demeure dans la basilique.