Epoque :  XV° (1497)- Protection : ISMH ( 1928)
Propriétaire : Privé
Visite : non
Adresse : château du Plessis 03210 Autry-Issards
Téléphone :
Courriel :
Site internet :

www.allier-hotels-restaurants.com
www.ulmag.fr
www.allier-hotels-restaurants.com
www.allier-hotels-restaurants.com

Situation

Autry-Issards se situe à 1è km à l’ouest de Moulins

Le château du Plessis se situe à 2,4 km au sud-est d’Autry-Issards

Histoire

Le Plessis appartenait sans doute aux seigneurs d’Issards, les de Laye, et échut à la famille de Murat par mariage en même temps que le fief voisin. Dans la seconde moitié du XVe siècle, leurs descendants prirent le nom du fief, en 1497 Jean Nicolas du Plessis fut autorisé par le duc Pierre II à faire fortifier sa maison ainsi qu’à y faire construire un colombier. Disposer d’un colombier est donc symbole de notoriété à la fin du XVe siècle. Vers 1520, il appartenait à un forézien venu faire une carrière au service du duc, Jacques Tavard, lieutenant général du baillage de Forez à Montbrison, maître des requètes en l’hôtel du duc de Bourbon, était devenu à cette époque, lieutenant de la châtellenie de Chantelle. Trente ans plus tard, ce fut un marchand, également maire de Moulins, Jean Aubery, voulant asseoir sa position sociale par l’achat d’une maison noble, qui en devint propriétaire. Jean d’Aubery, qui hérita du château, fut médecin du roi. A sa mort, en 1625, un inventaire décrivait assez la splendeur du château. Pendant la Révolution, le propriétaire était un avocat au présidial de Moulins, François Lomet, déjà seigneur du Lys à Bressolles et député à l’Assemblée constituante. Mais il fut taxé de lourdes « contributions volontaires », accusé d’incivisme et arrêté en 1793. Le Plessis fut mis sous séquestre; François Lomet échappa à la guillotine et fut libéré à la mort de Robespierre. Il fut élu conseiller général de l’Allier, tout comme son fils Claude, aussi avocat et qui obtint des lettres d’anoblissement en 1815. La famille garda le Plessis jusqu’à la fin du siècle. En 1890, Le Plessis devint la propriété du docteur Petit. Sa descendance habite toujours le château.

Description
Le château, couvert d’un toit de tuile plate à deux croupes et bâti en pierre de taille (grès), a été entièrement construit d’un bloc en 1497. L’ensemble est caractérisé par un système défensif austère, peut-être en lien avec l’utilisation d’armes nouvelles. Au nord, une tour carrée aux petites pièces voûtées d’ogives comporte deux chemins de ronde intérieurs éclairés d’archères à trou central. Un glacis protège le bas des murs. Au sud, la tour d’escalier se termine par une pièce de défense : des mâchicoulis couverts sur consoles forment un chemin de ronde intérieur. S’y ajoutent de fausses couleuvrines dissuasives, des archères, de nombreux trous de visée de canonnières. Des contreforts ronds en forme d’échauguette protègent les angles du logis du tir des canons. De l’enceinte extérieure, il ne reste que les deux tours de défense qui flanquaient le pont-levis. Ce manifeste souci de défense s’allie au confort. Les chemins de ronde font office de latrines, les deux tours d’enceinte de pigeonnier et de chapelle. Toutes les cheminées, à hottes droites et de style gothique flamboyant, sont conservées. Elles étaient peintes à l’origine. En témoignent le blason plat autrefois peint d’une des cheminées du logis central, ainsi que les traces de pigment noir d’origine sur la cheminée de la tour d’escalier. Les Aubery ont fait placer une porte de fer d’un travail très soigné à l’étage de la tour carrée.

(source : »www.chateau-fort-manoir-chateau.eu »)

Les environs

Autry-Issards – Eglise de la Sainte-Trinité à 2,4 km au nord-est

Souvigny – La Prieurale à 7,4 km à l’est

Bourbon l’Archambault – La Forteresse à 10 km au nord-ouest